L'HISTOIRE DE LA MAISON

l'histoire
de la maison


UNE MAISON NÉE A L’AUBE DU XIXème SIÈCLE

La Maison Cadik naît en plein âge d’or de la joaillerie, au bord des rives du Bosphore, à Istanbul. Les ancêtres de la Maison, marchands de père en fils, établissent leur commerce au cœur de la ville, au Grand Bazar.

les origines de la maison Cadik

La Maison Cadik est née il y près de deux siècles à Istanbul, la cité aux multiples visages. Mélange d’orient et d’occident, cette ville mythique inspire ses ancêtres alors marchands de perles et d’objets d’art à travers le monde. Dans les hauteurs de la ville, un lieu de commerce réunit les plus grands marchands ; le Grand Bazar est le marché incontournable pour trouver les plus belles pierres et perles du pays. Subjugués par la beauté et la rareté des perles fines, les ancêtres de la Maison Cadik se passionnent de ces biens alors très convoités. Ils s’installent au début du XIXème siècle au Grand Bazar et acquérissent en quelques années plusieurs boutiques dans le marché des joailliers. L’entreprise familiale développe son savoir et satisfait une clientèle locale à la recherche de parures de perles fines pour célebrer mariage et noces.

image

LA PERLE FINE : UNE TRADITION ANCESTRALE DU MARIAGE

En Anatolie, la région de Turquie située à l’extrémité occidentale du pays, la coutume était d’offrir un cadeau à la future mariée. La tradition voulait que ces jeunes filles portent une parure composée de perles fines le jour de leur mariage. Les plus belles perles, très convoitées, se trouvaient communément au Grand Bazar. La Maison Cadik, dont la notoriété résonnait dans tout le pays, accueillait au sein de ses boutiques, les futurs époux à la recherche des plus belles parures.


image
image

La Maison Cadik naît en plein âge d’or de la joaillerie, au bord des rives du Bosphore, à Istanbul. Les ancêtres de la Maison, marchands de père en fils, établissent leur commerce au cœur de la ville, au Grand Bazar.


LES ORIGINES DE LA MAISON CADIK

La Maison Cadik est née il y près de deux siècles à Istanbul, la cité aux multiples visages. Mélange d’orient et d’occident, cette ville mythique inspire ses ancêtres alors marchands de perles et d’objets d’art à travers le monde. Dans les hauteurs de la ville, un lieu de commerce réunit les plus grands marchands ; le Grand Bazar est le marché incontournable pour trouver les plus belles pierres et perles du pays. Subjugués par la beauté et la rareté des perles fines, les ancêtres de la Maison Cadik se passionnent de ces biens alors très convoités. Ils s’installent au début du XIXème siècle au Grand Bazar et acquérissent en quelques années plusieurs boutiques dans le marché des joailliers. L’entreprise familiale développe son savoir et satisfait une clientèle locale à la recherche de parures de perles fines pour célebrer mariage et noces.


image
image

LES ORIGINES DE LA MAISON CADIK

La Maison Cadik est née il y près de deux siècles à Istanbul, la cité aux multiples visages. Mélange d’orient et d’occident, cette ville mythique inspire ses ancêtres alors marchands de perles et d’objets d’art à travers le monde. Dans les hauteurs de la ville, un lieu de commerce réunit les plus grands marchands ; le Grand Bazar est le marché incontournable pour trouver les plus belles pierres et perles du pays. Subjugués par la beauté et la rareté des perles fines, les ancêtres de la Maison Cadik se passionnent de ces biens alors très convoités. Ils s’installent au début du XIXème siècle au Grand Bazar et acquérissent en quelques années plusieurs boutiques dans le marché des joailliers. L’entreprise familiale développe son savoir et satisfait une clientèle locale à la recherche de parures de perles fines pour célebrer mariage et noces.


image
image

LA PERLE FINE : UNE TRADITION ANCESTRALE DU MARIAGE

En Anatolie, la région de Turquie située à l’extrémité occidentale du pays, la coutume était d’offrir un cadeau à la future mariée. La tradition voulait que ces jeunes filles portent une parure composée de perles fines le jour de leur mariage. Les plus belles perles, très convoitées, se trouvaient communément au Grand Bazar. La Maison Cadik, dont la notoriété résonnait dans tout le pays, accueillait au sein de ses boutiques, les futurs époux à la recherche des plus belles parures.


image

1886

La Maison prospère au Grand Bazar. Son expertise se concentre autour des perles fines que les joailliers intègrent aux joyaux composés pour le sultanat.

MICHAËL CADIK ET SES FRÈRES

Au Grand Bazar, la Maison Cadik perdure au fil des générations. L’entreprise familiale, tenue par Michaël Cadik et ses frères, marchande les fabuleuses pierres qui ornent les objets d’époque. Diamants, émeraudes, rubis et perles sillonnent entre les mains des frères Cadik. Dans ses ateliers, la Maison ajuste et compose différents parements de perles fines pour le Sultanat, adepte de la démesure et de la grandeur. La Maison Cadik sélectionne donc avec une grande précision les plus belles perles pour orner ses joyaux. Ils étoffent au fil des années leurs techniques de fabrication pour sans cesse séduire une clientèle toujours plus admirative de la joaillerie de luxe. Devenue spécialiste en la matière, la Maison Cadik devient une référence sur le marché de la perle fine en Turquie et accueille au sein de ses boutiques une clientèle internationale.

image

UNE HISTOIRE NÉE DANS L'ÂGE D'OR DE LA JOAILLERIE

L'Empire ottoman a profondément marqué la société avec des changements culturels et économiques. L’art de joaillerie passe au premier plan : le sultanat, à la recherche de l’excellence, désire les plus beaux joyaux. Le Grand Bazar joue donc un rôle clé dans la fabrication et la restauration de leurs bijoux. La Maison Cadik séduit par ses créations de qualité composées des plus belles perles fines du pays.


image
image

La Maison prospère au Grand Bazar. Son expertise se concentre autour des perles fines que les joailliers intègrent aux joyaux composés pour le sultanat.


MICHAËL CADIK ET SES FRÈRES

Au Grand Bazar, la Maison Cadik perdure au fil des générations. L’entreprise familiale, tenue par Michaël Cadik et ses frères, marchande les fabuleuses pierres qui ornent les objets d’époque. Diamants, émeraudes, rubis et perles sillonnent entre les mains des frères Cadik. Dans ses ateliers, la Maison ajuste et compose différents parements de perles fines pour le Sultanat, adepte de la démesure et de la grandeur. La Maison Cadik sélectionne donc avec une grande précision les plus belles perles pour orner ses joyaux. Ils étoffent au fil des années leurs techniques de fabrication pour sans cesse séduire une clientèle toujours plus admirative de la joaillerie de luxe. Devenue spécialiste en la matière, la Maison Cadik devient une référence sur le marché de la perle fine en Turquie et accueille au sein de ses boutiques une clientèle internationale.


image
image

MICHAËL CADIK ET SES FRÈRES

Au Grand Bazar, la Maison Cadik perdure au fil des générations. L’entreprise familiale, tenue par Michaël Cadik et ses frères, marchande les fabuleuses pierres qui ornent les objets d’époque. Diamants, émeraudes, rubis et perles sillonnent entre les mains des frères Cadik. Dans ses ateliers, la Maison ajuste et compose différents parements de perles fines pour le Sultanat, adepte de la démesure et de la grandeur. La Maison Cadik sélectionne donc avec une grande précision les plus belles perles pour orner ses joyaux. Ils étoffent au fil des années leurs techniques de fabrication pour sans cesse séduire une clientèle toujours plus admirative de la joaillerie de luxe. Devenue spécialiste en la matière, la Maison Cadik devient une référence sur le marché de la perle fine en Turquie et accueille au sein de ses boutiques une clientèle internationale.


image

1922

Albert, Léon et Jean, les héritiers de la Maison, se destinent à leur tour à la joaillerie et perpétuent la tradition familiale.

ALBERT, LÉON ET JEAN

L’expertise de la Maison Cadik s’affirme au fil des générations. Dès les années 1920, Albert, Léon et Jean, les fils de Michaël, se destinent à la joaillerie. Initiés dès leur plus jeune âge aux perles fines, Jean et Albert s’employent rapidement au développement de l’entreprise familialle. Ils se nourrissent de la diversité des pierres précieuses pour étendre leur savoir et amplifier ainsi leur rôle de marchands. Dans leurs boutiques, ils accueillent leur client selon la tradition stambouliote ; autour d’un thé, ils exposent aux visiteurs les plus belles pierres et perles succeptibles de sublimer le joyau de leurs désirs. Léon, quant à lui, décide d’étendre la réputation de la Maison en Suisse et devient après son père, un véritable expert de la perle fine.

image

LÉON ÉTEND LA RÉPUTATION DE LA MAISON EN SUISSE

Installé à Genève, Léon aura acquis au fil des années une véritable expertise dans la perle fine et le diamant. Epaulé par son fils Marcel, formé au métier de diamantaire, il ouvre en 1961 une boutique sur la célèbre rue du Rhône qui accueille les plus grandes marques de luxe. Ils proposent à leur clientèle avisée des parures de perles fines, diamants et pierres de couleurs sélectionnés selon le savoir traditionnel de la Maison.


image
image

UNE HISTOIRE NÉE DANS L'ÂGE D'OR DE LA JOAILLERIE

L'Empire ottoman a profondément marqué la société avec des changements culturels et économiques. L’art de joaillerie passe au premier plan : le sultanat, à la recherche de l’excellence, désire les plus beaux joyaux. Le Grand Bazar joue donc un rôle clé dans la fabrication et la restauration de leurs bijoux. La Maison Cadik séduit par ses créations de qualité composées des plus belles perles fines du pays.


image
image

Albert, Léon et Jean, les héritiers de la Maison, se destinent à leur tour à la joaillerie et perpétuent la tradition familiale.


ALBERT, LÉON ET JEAN

L’expertise de la Maison Cadik s’affirme au fil des générations. Dès les années 1920, Albert, Léon et Jean, les fils de Michaël, se destinent à la joaillerie. Initiés dès leur plus jeune âge aux perles fines, Jean et Albert s’employent rapidement au développement de l’entreprise familialle. Ils se nourrissent de la diversité des pierres précieuses pour étendre leur savoir et amplifier ainsi leur rôle de marchands. Dans leurs boutiques, ils accueillent leur client selon la tradition stambouliote ; autour d’un thé, ils exposent aux visiteurs les plus belles pierres et perles succeptibles de sublimer le joyau de leurs désirs. Léon, quant à lui, décide d’étendre la réputation de la Maison en Suisse et devient après son père, un véritable expert de la perle fine.


image
image

ALBERT, LÉON ET JEAN

L’expertise de la Maison Cadik s’affirme au fil des générations. Dès les années 1920, Albert, Léon et Jean, les fils de Michaël, se destinent à la joaillerie. Initiés dès leur plus jeune âge aux perles fines, Jean et Albert s’employent rapidement au développement de l’entreprise familialle. Ils se nourrissent de la diversité des pierres précieuses pour étendre leur savoir et amplifier ainsi leur rôle de marchands. Dans leurs boutiques, ils accueillent leur client selon la tradition stambouliote ; autour d’un thé, ils exposent aux visiteurs les plus belles pierres et perles succeptibles de sublimer le joyau de leurs désirs. Léon, quant à lui, décide d’étendre la réputation de la Maison en Suisse et devient après son père, un véritable expert de la perle fine.


image
image

LÉON ÉTEND LA RÉPUTATION DE LA MAISON EN SUISSE

Installé à Genève, Léon aura acquis au fil des années une véritable expertise dans la perle fine et le diamant. Epaulé par son fils Marcel, formé au métier de diamantaire, il ouvre en 1961 une boutique sur la célèbre rue du Rhône qui accueille les plus grandes marques de luxe. Ils proposent à leur clientèle avisée des parures de perles fines, diamants et pierres de couleurs sélectionnés selon le savoir traditionnel de la Maison.


image

1957

Michel Cadik, le fils de Jean, se passionne pour les perles fines et se destine à son tour au monde de la joaillerie. Il poursuit l’aventure familiale et devient la relève de la Maison Cadik.

MICHEL CADIK : UN JOAILLIER AU STYLE SINGULIER

Michel Cadik, le fils de Jean, observe avec ses yeux d’enfant les bijoux qui ornent les boutiques de la Maison. Curieux et ébloui, il se forme auprès de son père au métier de marchand et perpétue le savoir unique des joailliers de la Maison Cadik. En 1961, Michel, âgé de 16 ans, rejoint son oncle Léon en Suisse pour se former au métier de joaillier et à la connaissance des perles fines. Épicurien, le fils unique de Jean, profite de la vie genevoise et perçoit la culture et le raffinement occidental. Après six années d’apprentissage et de découverte, Michel retourne en Turquie et travaille aux côtés de son père Jean. Il se concentre sur les pierres de couleur et consolide son savoir. Le savoir oriental, allié à la technique occidentale, offre à Michel toute la connaissance nécessaire à la réalisation de ses premiers bijoux. Considérées comme des pièces de qualité à la technicité unique, ses créations lui valent d’être reconnu comme un marchand au talent de créateur. Avec Michel, entouré de son père Jean et de son oncle Albert, la Maison Cadik prospère au Grand Bazar.

image

L'HOMME AU MARTEAU

Au Grand Bazar, Michel Cadik avait la réputation d’être un homme sulfureux et perfectionniste. Il avait pour habitude de solliciter des artisans pour la confection de certains bijoux pour lesquels il donnait des directives très précises. Un jour, alors qu’il décelait un défaut dans la conception d’un de ses bijoux, il saisit un marteau et le brisa. Michel fut dès lors surnommé « l’homme au marteau ».


image
image

Michel Cadik, le fils de Jean, se passionne pour les perles fines et se destine à son tour au monde de la joaillerie. Il poursuit l’aventure familiale et devient la relève de la Maison Cadik.


MICHEL CADIK : UN JOAILLIER AU STYLE SINGULIER

Michel Cadik, le fils de Jean, observe avec ses yeux d’enfant les bijoux qui ornent les boutiques de la Maison. Curieux et ébloui, il se forme auprès de son père au métier de marchand et perpétue le savoir unique des joailliers de la Maison Cadik. En 1961, Michel, âgé de 16 ans, rejoint son oncle Léon en Suisse pour se former au métier de joaillier et à la connaissance des perles fines. Épicurien, le fils unique de Jean, profite de la vie genevoise et perçoit la culture et le raffinement occidental. Après six années d’apprentissage et de découverte, Michel retourne en Turquie et travaille aux côtés de son père Jean. Il se concentre sur les pierres de couleur et consolide son savoir. Le savoir oriental, allié à la technique occidentale, offre à Michel toute la connaissance nécessaire à la réalisation de ses premiers bijoux. Considérées comme des pièces de qualité à la technicité unique, ses créations lui valent d’être reconnu comme un marchand au talent de créateur. Avec Michel, entouré de son père Jean et de son oncle Albert, la Maison Cadik prospère au Grand Bazar.


image
image

MICHEL CADIK : UN JOAILLIER AU STYLE SINGULIER

Michel Cadik, le fils de Jean, observe avec ses yeux d’enfant les bijoux qui ornent les boutiques de la Maison. Curieux et ébloui, il se forme auprès de son père au métier de marchand et perpétue le savoir unique des joailliers de la Maison Cadik. En 1961, Michel, âgé de 16 ans, rejoint son oncle Léon en Suisse pour se former au métier de joaillier et à la connaissance des perles fines. Épicurien, le fils unique de Jean, profite de la vie genevoise et perçoit la culture et le raffinement occidental. Après six années d’apprentissage et de découverte, Michel retourne en Turquie et travaille aux côtés de son père Jean. Il se concentre sur les pierres de couleur et consolide son savoir. Le savoir oriental, allié à la technique occidentale, offre à Michel toute la connaissance nécessaire à la réalisation de ses premiers bijoux. Considérées comme des pièces de qualité à la technicité unique, ses créations lui valent d’être reconnu comme un marchand au talent de créateur. Avec Michel, entouré de son père Jean et de son oncle Albert, la Maison Cadik prospère au Grand Bazar.


image
image

L'HOMME AU MARTEAU

Au Grand Bazar, Michel Cadik avait la réputation d’être un homme sulfureux et perfectionniste. Il avait pour habitude de solliciter des artisans pour la confection de certains bijoux pour lesquels il donnait des directives très précises. Un jour, alors qu’il décelait un défaut dans la conception d’un de ses bijoux, il saisit un marteau et le brisa. Michel fut dès lors surnommé « l’homme au marteau ».


image

1975

Michel Cadik installe la Maison à Paris et marque un nouveau tournant pour l’entreprsie familiale. Il séduit en moins d’une décennie les plus grands joailliers de la ville avec ses créations originales et subtiles.

LA MAISON CADIK S'INSTALLE À Paris

Michel Cadik s’installe en France en 1975 et désire étendre la réputation de la Maison à Paris. Avec à sa disposition un lot de perles fines, il puise son inspiration des traditions orientales et confectionne des boucles d’oreilles en forme de pompons. Son savoir-faire unique lui permet d’enfiler des perles de très petite taille, technicité dont il a le secret et qu’il perfectionnera au fil du temps. Ses créations marquent son amour retrouvé pour les perles fines, domaine autrefois réservé à son père en Turquie. Emblématiques, ses bijoux séduisent une clientèle exigeante et friande de nouveauté. L’effervescence s’en suit ; les maisons de joaillerie de la rue Saint-Honoré ou de la place Vendôme prisent ces fameux pompons encore inédits. Michel est alors reconnu comme un véritable créateur, sélectionnant les meilleures perles et pierres précieuses pour créer des bijoux originaux et authentiques. Les boutiquiers du Louvre des Antiquaires sollicitent également Michel pour la restauration de bijoux anciens qu’il revisite en parures munies de perles fines, diamants et autres pierres.

image

L'ART DU SUR-MESURE

Michel confectionne des bijoux uniques et généreux, ornés de perles fines et pierres précieuses méticuleusement sélectionnées, comme ses bayadères et ses pompons, emblèmes intemporels de la Maison Cadik. Convaincu que chaque bijou se doit d’être unique et parfaitement ajusté aux goûts et mesures de ses clientes, il s’entretenait longuement avec elles afin que chaque parure vienne sublimer la femme qui le portera.


image
image

Michel Cadik installe la Maison à Paris et marque un nouveau tournant pour l’entreprsie familiale. Il séduit en moins d’une décennie les plus grands joailliers de la ville avec ses créations originales et subtiles.


LA MAISON CADIK S'INSTALLE À PARIS

Michel Cadik s’installe en France en 1975 et désire étendre la réputation de la Maison à Paris. Avec à sa disposition un lot de perles fines, il puise son inspiration des traditions orientales et confectionne des boucles d’oreilles en forme de pompons. Son savoir-faire unique lui permet d’enfiler des perles de très petite taille, technicité dont il a le secret et qu’il perfectionnera au fil du temps. Ses créations marquent son amour retrouvé pour les perles fines, domaine autrefois réservé à son père en Turquie. Emblématiques, ses bijoux séduisent une clientèle exigeante et friande de nouveauté. L’effervescence s’en suit ; les maisons de joaillerie de la rue Saint-Honoré ou de la place Vendôme prisent ces fameux pompons encore inédits. Michel est alors reconnu comme un véritable créateur, sélectionnant les meilleures perles et pierres précieuses pour créer des bijoux originaux et authentiques. Les boutiquiers du Louvre des Antiquaires sollicitent également Michel pour la restauration de bijoux anciens qu’il revisite en parures munies de perles fines, diamants et autres pierres.


image
image

LA MAISON CADIK S'INSTALLE À PARIS

Michel Cadik s’installe en France en 1975 et désire étendre la réputation de la Maison à Paris. Avec à sa disposition un lot de perles fines, il puise son inspiration des traditions orientales et confectionne des boucles d’oreilles en forme de pompons. Son savoir-faire unique lui permet d’enfiler des perles de très petite taille, technicité dont il a le secret et qu’il perfectionnera au fil du temps. Ses créations marquent son amour retrouvé pour les perles fines, domaine autrefois réservé à son père en Turquie. Emblématiques, ses bijoux séduisent une clientèle exigeante et friande de nouveauté. L’effervescence s’en suit ; les maisons de joaillerie de la rue Saint-Honoré ou de la place Vendôme prisent ces fameux pompons encore inédits. Michel est alors reconnu comme un véritable créateur, sélectionnant les meilleures perles et pierres précieuses pour créer des bijoux originaux et authentiques. Les boutiquiers du Louvre des Antiquaires sollicitent également Michel pour la restauration de bijoux anciens qu’il revisite en parures munies de perles fines, diamants et autres pierres.


image
image

L'ART DU SUR-MESURE

Michel confectionne des bijoux uniques et généreux, ornés de perles fines et pierres précieuses méticuleusement sélectionnées, comme ses bayadères et ses pompons, emblèmes intemporels de la Maison Cadik. Convaincu que chaque bijou se doit d’être unique et parfaitement ajusté aux goûts et mesures de ses clientes, il s’entretenait longuement avec elles afin que chaque parure vienne sublimer la femme qui le portera.


image

2007

Nouvelle relève de la maison, Laurent ouvre son premier atelier au cœur du quartier des diamantaires. Spécialisé dans la restauration d’objets anciens, il se forge une clientèle de joailliers fidèles à ses services.

LAURENT ET JEAN-MICHEL : LES HÉRITIERS DE LA MAISON

Passionné, Michel initie ses deux enfants à l’art de la joaillerie dès leur plus jeune âge. Ils manifestent alors une grande sensibilité pour cet univers qui ne cessera de grandir. Laurent, le frère aîné, s’attache tout particulièrement à la création et à ses secrets. Il se forme alors à l’art du dessin puis de la joaillerie et reprend les activités de la Maison au sein de son atelier. Il commence par restaurer des bijoux anciens pour des joailleries de renom, puis conçoit au fur et à mesure des pièces pour une clientèle privilégiée. Jean-Michel éprouve quant à lui une curiosité éminente pour les perles fines et pierres précieuses. Pour autant, il décide de poursuivre des études en entreprenariat qui l’encourageront à rejoindre son frère en 2013 pour poursuivre l’aventure familiale.

image

LAURENT CADIK : MEILLEUR APPRENTI DE FRANCE

Laurent Cadik est élu en 2003 Meilleur Apprenti de France de Bijouterie. Accompagné de sa famille, il est récompensé par le président du Sénat dans le célèbre Palais du Luxembourg. Cette première reconnaissance marque un tournant dans la vie de Laurent : il souhaite mettre ses compétences au service de l’entreprise familiale et réaliser ses propres créations.


image
image

Nouvelle relève de la maison, Laurent ouvre son premier atelier au cœur du quartier des diamantaires. Spécialisé dans la restauration d’objets anciens, il se forge une clientèle de joailliers fidèles à ses services.


LAURENT ET JEAN-MICHEL : LES HERITIERS DE LA MAISON

Passionné, Michel initie ses deux enfants à l’art de la joaillerie dès leur plus jeune âge. Ils manifestent alors une grande sensibilité pour cet univers qui ne cessera de grandir. Laurent, le frère aîné, s’attache tout particulièrement à la création et à ses secrets. Il se forme alors à l’art du dessin puis de la joaillerie et reprend les activités de la Maison au sein de son atelier. Il commence par restaurer des bijoux anciens pour des joailleries de renom, puis conçoit au fur et à mesure des pièces pour une clientèle privilégiée. Jean-Michel éprouve quant à lui une curiosité éminente pour les perles fines et pierres précieuses. Pour autant, il décide de poursuivre des études en entreprenariat qui l’encourageront à rejoindre son frère en 2013 pour poursuivre l’aventure familiale.


image
image

LAURENT ET JEAN-MICHEL : LES HERITIERS DE LA MAISON

Passionné, Michel initie ses deux enfants à l’art de la joaillerie dès leur plus jeune âge. Ils manifestent alors une grande sensibilité pour cet univers qui ne cessera de grandir. Laurent, le frère aîné, s’attache tout particulièrement à la création et à ses secrets. Il se forme alors à l’art du dessin puis de la joaillerie et reprend les activités de la Maison au sein de son atelier. Il commence par restaurer des bijoux anciens pour des joailleries de renom, puis conçoit au fur et à mesure des pièces pour une clientèle privilégiée. Jean-Michel éprouve quant à lui une curiosité éminente pour les perles fines et pierres précieuses. Pour autant, il décide de poursuivre des études en entreprenariat qui l’encourageront à rejoindre son frère en 2013 pour poursuivre l’aventure familiale.


image
image

LAURENT CADIK : MEILLEUR APPRENTI DE FRANCE

Laurent Cadik est élu en 2003 Meilleur Apprenti de France de Bijouterie. Accompagné de sa famille, il est récompensé par le président du Sénat dans le célèbre Palais du Luxembourg. Cette première reconnaissance marque un tournant dans la vie de Laurent : il souhaite mettre ses compétences au service de l’entreprise familiale et réaliser ses propres créations.


image

2013

Laurent et Jean-Michel, les héritiers de la Maison, s’associent et fondent Cadik Paris. La création de la marque exprime un nouveau chapitre de l'histoire de la Maison.

NAISSANCE DE LA MARQUE CADIK PARIS

Héritiers de la Maison, Laurent et Jean-Michel sont deux hommes ambitieux et visionnaires. Réunis, ils fondent la marque CADIK Paris le 30 novembre 2013 et souhaitent ainsi faire honneur à leur héritage en perpétuant l’histoire d’une Maison dont ils sont fiers de porter le nom. Dotés chacun d’un savoir distinct, les deux frères forment une équipe complémentaire et complice. Artiste et joaillier, Laurent est la source créative de la Maison. Son inspiration se met au service des envies des visiteurs pour leur façonner un bijou d’émotion à leur image. Jean-Michel, initié au savoir de ses ancêtres marchands, est féru de perles fines et de pierres précieuses. Avisé, il sélectionne parmi les plus belles pierres celles qui traduiront à la perfection les souhaits de cette clientèle. Ensemble, ils font de leur culture joaillière une passion à découvrir et à partager ; un subtil mélange entre orient et occident, reflété par des bijoux entre tradition et modernité.

image

CADIK EXPOSE SES CRÉATIONS À PARIS

Cadik Paris accueille sa clientèle et les visiteurs curieux lors de ses expositions saisonnières et leur présente son univers ainsi que ses dernières créations. Le temps d’une visite guidée, ils découvrent l’histoire de la Maison, les créations joaillières et l’expérience de la fabrication d’un bijou sur-mesure. Accompagnés par Michel et ses fils Laurent et Jean-Michel, les hôtes vivent un moment privilégié et inédit.


image
image

Laurent et Jean-Michel, les héritiers de la Maison, s’associent et fondent Cadik Paris. La création de la marque exprime un nouveau chapitre de l'histoire de la Maison.


2013 : NAISSANCE DE LA MARQUE CADIK PARIS

Héritiers de la Maison, Laurent et Jean-Michel sont deux hommes ambitieux et visionnaires. Réunis, ils fondent la marque CADIK Paris le 30 novembre 2013 et souhaitent ainsi faire honneur à leur héritage en perpétuant l’histoire d’une Maison dont ils sont fiers de porter le nom. Dotés chacun d’un savoir distinct, les deux frères forment une équipe complémentaire et complice. Artiste et joaillier, Laurent est la source créative de la Maison. Son inspiration se met au service des envies des visiteurs pour leur façonner un bijou d’émotion à leur image. Jean-Michel, initié au savoir de ses ancêtres marchands, est féru de perles fines et de pierres précieuses. Avisé, il sélectionne parmi les plus belles pierres celles qui traduiront à la perfection les souhaits de cette clientèle. Ensemble, ils font de leur culture joaillière une passion à découvrir et à partager ; un subtil mélange entre orient et occident, reflété par des bijoux entre tradition et modernité.


image
image

2013 : NAISSANCE DE LA MARQUE CADIK PARIS

Héritiers de la Maison, Laurent et Jean-Michel sont deux hommes ambitieux et visionnaires. Réunis, ils fondent la marque CADIK Paris le 30 novembre 2013 et souhaitent ainsi faire honneur à leur héritage en perpétuant l’histoire d’une Maison dont ils sont fiers de porter le nom. Dotés chacun d’un savoir distinct, les deux frères forment une équipe complémentaire et complice. Artiste et joaillier, Laurent est la source créative de la Maison. Son inspiration se met au service des envies des visiteurs pour leur façonner un bijou d’émotion à leur image. Jean-Michel, initié au savoir de ses ancêtres marchands, est féru de perles fines et de pierres précieuses. Avisé, il sélectionne parmi les plus belles pierres celles qui traduiront à la perfection les souhaits de cette clientèle. Ensemble, ils font de leur culture joaillière une passion à découvrir et à partager ; un subtil mélange entre orient et occident, reflété par des bijoux entre tradition et modernité.


image
image

CADIK EXPOSE SES CRÉATIONS À PARIS

Cadik Paris accueille sa clientèle et les visiteurs curieux lors de ses expositions saisonnières et leur présente son univers ainsi que ses dernières créations. Le temps d’une visite guidée, ils découvrent l’histoire de la Maison, les créations joaillières et l’expérience de la fabrication d’un bijou sur-mesure. Accompagnés par Michel et ses fils Laurent et Jean-Michel, les hôtes vivent un moment privilégié et inédit.


image
image
CADIK vous rappelle.
La Maison CADIK se tient à votre disposition pour répondre à vos questions par téléphone Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.